Ces deux volets sont distincts mais complémentaires :
- bien qu’ayant le même objectif de prévenir les troubles de l’apprentissage et du neurodéveloppement chez les enfants et adolescents issus de familles socialement fragiles
- ils le font de deux manières différentes, basées sur des constats différents
- le volet COG vise à amener les enseignants à distinguer trois grands mécanismes des difficultés identifiées (phonologique, visuo-attentionnel et dyspraxique), et à proposer aux élèves des actions de remédiation adaptées à chacun de ces mécanismes.
- le volet MUS, à l’inverse, ne vise pas un mécanisme particulier, mais prétend viser les fonctions cognitives dites transversales, l’attention, le langage oral, la mémoire, la motivation, la cognition sociale, à l’aide d’exercices musicaux choisis pour leur effet connu sur ces fonctions, la méthode Musadys, déjà utilisée dans les cabinets d’orthophonie.
- le volet COG consiste à mettre en place au CP et au CE1 un dispositif en quatre étapes déjà éprouvé dans une action précédente portant sur trois écoles REP+ du 15e arrondissement de Marseille et qui a été récemment mis en place sur la cité Educative Nord. Il débouche sur l’utilisation en autonomie par les enseignants spécifiquement formés à cet effet, d’une mallette d’outils de remédiation pédagogique ciblée sur les difficultés observées, présentée par (un ou) des intervenants neuropsychologues qui viennent encadrer à cet effet l’équipe enseignante.
- le volet MUS a également été éprouvé dans 3 écoles de Marseille et du Vaucluse. Il comporte lui aussi une mallette d’outils que les enseignants vont devoir s’approprier grâce à la présence d’intervenants musicaux eux-mêmes formés à la méthode Musadys.

Les deux volets concourent donc, chacun avec sa spécificité, à assurer une prise en charge globale et optimale des troubles potentiels en impliquant de manière variable les enseignants des classes de CP et CE1 des établissements concernés.
La figure ci-dessous résume les arguments qui sous-tendent cette double proposition :

L’action repose sur le double constat suivant :
- les difficultés cognitives des élèves en situation de fragilisation socio-économique sont complexes et multifactorielles, pouvant être déclinées en a) des troubles dits spécifiques (de la lecture, de l’écriture, du calcul) et b) des troubles des fonctions dites transversales (attention, mémoire, motivation, compétences sociales, souvent rassemblées sous le terme de fonctions exécutives).
- les élèves de ces milieux défavorisés ont un accès limité au soins, à la fois par le manque de disponibilité (et d’implication) des familles, et par le peu de ressources en praticiens libéraux (en particulier la carence en orthophonistes) qui, de fait, rendent quasiment incontournable la nécessité de trouver des ressources à l’intérieur même de l’école.

Il est donc impératif d’allier la démarche d’appropriation d’outils de repérage et de prévention faisant l’objet de la mallette COG à des moyens visant plus proprement la restructuration neuro-cognitive et les compétences sociales inclus dans la mallette MUS.
POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE CONTENU DE L’ACTION : voir document ci-joint.

Document joint

Appel à projets Cit" Educative - PDF - 949.4 ko