Nouvelles procédures de demande d’aménagements aux examens

Quand l’élève se prépare à passer un examen ou à un concours (brevet, CAP, BEP, Bac, etc…) il est possible de demander un aménagement des conditions de passation
La demande est faite par la famille par l’intermédiaire de l’établissement scolaire, avec avis du médecin scolaire et des enseignants.
La cohérence entre la demande de la famille, l’avis du médecin scolaire, l’avis des enseignants et le protocole signé en début d’année, PAP, PPS, accord signé des enseignants spécifiant les aides utilisées en classe est à rechercher.
La logique consiste à demander les aménagements justes et nécessaires mis en place et utilisés en classe régulièrement.
ATTENTION à la constitution du dossier : les demandes se déposent tôt dans l’année scolaire (lors de l’inscription à l’examen), le dossier doit être argumenté : bilans orthophoniques récents et très chiffrés (moins de 2 ans), bilan pour chaque trouble, lettre d’accompagnement de l’élève précisant la demande.
EXEMPLES D’AMÉNAGEMENTS SPÉCIFIQUES :

  • Majoration de ⅓ Temps (préciser pour les épreuves écrites, les préparations d’épreuves orales, les préparations de travaux pratiques, etc …)
  • épreuve écrite et ou pratique et pour la préparation des oraux ou pratique
  • Un lecteur
  • Un secrétaire scripteur pour les épreuves écrites
  • Le droit d’utiliser matériel spécifique ordinateur vidé de tout document
  • La dictée à trous (exemple : Dictées choix mutliples brevet)
  • Passage d’épreuves de langue à l’écrit ou à l’oral
  • Liste de logiciels : (les nommer dans les protocoles PPS et PAP)
  • lecture (Balabolka-gratuit ou autre claroread-payant)
  • logiciel de dictée vocale Naturally speaking (ou autre)
  • logiciel de correction (antidote ou autre)
  • logiciel de carte mentale (pour faire un plan)
  • logiciel Adele Team (pour résumer, dicter, corriger)
  • logiciel prédicteur pas forcément intéressant pour les troubles phonologiques , mais parfois aide qq élèves ex : espagnol (lexibar)
  • logiciel de tracé (géogébra
  • souris scanner ou réglette scanner pour être autonome à lire le sujet si celui -ci n’a pas été numérisé / scanner en format texte et lire avec Balabolka)
    Tous les aménagements ne sont pas acceptés dans toutes les académies, nous aimerions une uniformité et avoir une liste complète et nationale des outils d’aide aux examens. Cette liste ne doit pas être une incitation à prendre davantage d’outils. Le bon outil c’est celui qui est utilisé au quotidien pour contourner des difficultés. N’hésitez pas à vous rapprocher d’une association pour échanger et vous tenir au courant de l’actualité.

Une publication à lire : [1]

voir également : anapedys

une présentation de"Cyclades", l’outil de l’Education nationale de gestion des examens

une présentation de AMEX, l’outil de l’Education nationale de gestion des aménagements d’examens

Quelques questions pratiques

Dans cette rubrique, nous avons listé un certain nombre de questions très pratiques souvent posées par les familles en difficulté face à la situation scolaire de leur enfant. Toutes les questions ne trouveront pas nécessairement une réponse satisfaisante, mais le seul fait qu’elle puissent avoir été posées justifie qu’elles soient abordées ici.

Comment choisir l’établissement scolaire de mon enfant dys ? (école, collège, lycée)

1/ Se renseigner sur le projet d’établissement
2/ Rencontrer l’équipe éducative et évoquer les difficultés que rencontre votre enfant, interroger sur les réponses que le dispositif scolaire peut apporter, demander si d’autres élèves sont en difficultés etc.
3/ En parler autour de soi, contacter des parents sur les réseaux sociaux pour échanger (groupes Facebook de villes, quartiers, villages…)
4/ Demander conseil à votre médecin et/ou aux professionnels qui suivent votre enfant
5/ Contacter les associations de parents d’élèves
6/ Cibler les établissements porteurs d’ULIS ou de SEGPA dont les équipes pédagogiques peuvent avoir été sensibilisées (voir liste des établissements porteurs de dispositifs inclusifs dans le livret Onisep).

Quels sont les aménagements à faire valoir auprès des professeurs ?

Le PPRE

Un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) est un plan d’actions pouvant être mis en place pour votre enfant s’il rencontre des difficultés d’apprentissage dans sa scolarité.
Il prévoit des actions individuelles pour aider votre enfant à acquérir des connaissances et des compétences précises.
Le PPRE prévoit également un mode d’évaluation des progrès de votre enfant.
Il se concentre essentiellement sur le français et les mathématiques.
Si votre enfant est au collège, le PPRE peut également concerner la 1ère langue vivante.
L’objectif du PPRE est de permettre à votre enfant de maîtriser le niveau suffisant du socle commun de connaissances et de compétences.
Le PPRE est automatiquement mis en place si votre enfant redouble et est prévu pour une durée déterminée qui dépend des difficultés scolaires de votre enfant.
À la fin du PPRE, l’équipe pédagogique dresse un bilan et vous le présente.
Selon les progrès de votre enfant, le PPRE peut être interrompu ou prolongé. En cas de prolongation de ce dispositif, l’équipe pédagogique peut décider de revoir ses objectifs et de mettre en place de nouvelles actions.

Le PAP

ISoit il découle directement du PPS, et je vous invite à vous référer au paragraphe ci-dessous. Soit il a été demandé par les parents ou proposé par l’équipe éducative, en dehors de toute démarche auprès de la MDPH.
Dans la deuxième situation, il y a moins de chance qu’il ne soit pas appliqué puisqu’il aura été proposé par l’établissement lui-même. Cependant, dans le premier cas, le PAP est un projet interne à l’établissement, et sera uniquement pédagogique.
Dans le cadre du PAP, il n’existe aucune obligation légale : il n’y a aucune voie de recours pour la non mise en oeuvre d’un PAP.

Le PPS

Dans le cas du PPS, la mise en œuvre est obligatoire pour tout élève relevant d’une décision MDPH avec une reconnaissance du handicap notifiée, liée aux difficultés d’apprentissages. Si vous rencontrez des difficultés quant à la mise en oeuvre d’un PPS, il vous faudra entreprendre des démarches en commençant par un recours gracieux, puis une saisie du Tribunal Administratif au besoin.
Avant tout cela, le dialogue est bien entendu à favoriser avec l’équipe pédagogique. Une réunion de suivi de scolarisation peut être demandée si elle n’a pas eu lieu depuis plusieurs mois. vous pouvez convier à cette réunion toute personne que vous souhaitez comme support : un professionnel qui suit votre enfant, un autre parent ou un membre de votre famille, une assistante sociale...


Figure : les 4 types de plans d’aménagement pouvant être attribués à un élève à besoins particuliers : PPRE, PAI, PAP et PPS. Seul le PPS relève du champ du handicap. Les élèves dys, en fonction de la sévérité du trouble et du souhait de la famille, relèvent soit d’un PAP, soit d’un PPS.

Qui solliciter pour une demande d’aménagements scolaires ?

1/ L’équipe pédagogique et l’établissement scolaire : parler avec l’enseignant.e / le ou les professeurs concernés ; demander l’avis de l’équipe éducative au complet (à l’occasion d’une réunion) ; solliciter le médecin scolaire et/ou la psychologue éducation nationale scolaire qui pourront vous accompagner dans la mise en place d’un projet personnalisé et formalisé (type PPRE ou PAP)
2/ Si le dossier de l’enfant paraît relever du champ du handicap, il sera mis en place un PPS (plan personnalisé de scolarisation) sous le contrôle d’un partenaire incontournable : le référent de scolarité (ou enseignant référent), véritable intermédiaire entre l’école et la MDPH ;

Est-il possible de refuser un maintien scolaire (redoublement de classe) ?

Si votre enfant est en CE1, CM2, 6ème, 4ème, 3ème ou seconde et que le dernier conseil de classe ou d’école a décidé du redoublement de votre enfant, vous devrez suivre une procédure précise pour faire appel de la décision.
S’il est dans une autre classe, un courrier suffit pour empêcher son redoublement.
ici..

Quel est le rôle d’une AESH (anciennement AVS) ?

Présent dans la classe aux côtés de l’enfant en situation de handicap, l’accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH, ex-AVS) effectue plusieurs tâches avec un seul et même objectif : faciliter le quotidien de l’élève et lui garantir la meilleure scolarité possible.
Autres liens utiles :

https://www.education.gouv.fr/devenir-accompagnant-des-eleves-en-situation-de-handicap-12188

Document joint

Répondre aux besoins particuliers des élèves : quel plan pour qui ? - PDF - 589.4 ko

Fascicule de l’Education nationale