Poster Léa Sorreau : REPER-CE1 : Validation d’un outil de repérage des troubles d’apprentissage en classe de CE1

L’objectif de cette étude est la validation d’un nouvel outil de repérage des difficultés d’apprentissage : REPER-CE1.
Particularités : Spécificité classe CE1, passation semi-collective, réalisée par l’enseignant.
Le but est de repérer 3 profils de difficultés chez les enfants :
5 domaines évalués : Phonologie, Lecture, Graphisme, Attention et Séquentialité

CONCLUSION
 Les enseignants peuvent s’appuyer sur les scores totaux et sur le score de lecture de REPER-CE1 pour repérer les enfants à risque de troubles spécifiques d’apprentissage.
 REPER-CE1 permet un repérage des profils 2 et 3 grâce à la bonne prédictivité des épreuves praxiques et à la mesure de la rapidité et de l’exactitude de lecture
 La passation des épreuves phonologiques en collectif ne semble pas suffisamment discriminante et doit faire l’objet d’explorations ultérieures.

Document joint

posterreperce1bis.pptx - Powerpoint - 1.5 Mo

Poster Tristant Desiles : et d’un entraînement musical sur la perception du langage dans la dyslexie : mise au point d’un protocole d’évaluation

L’effet de la musique sur le développement des fonctions cognitives a fait l’objet de nombreuses démonstrations expérimentales. En outre, les apports récents de l’imagerie fonctionnelle et structurelle, démontrent de façon convergente que cet effet est très probablement sous-tendu par des modifications cérébrales de mieux en mieux identifiées (Habib & Besson, 2009). Lors d’études précédentes (Chobert et al., 2012), nous avons exploré la façon dont la pratique d’une activité musicale était susceptible de modifier des variables perceptives du langage chez des enfants dyslexiques, comme chez le témoin normo-lecteur, à l’aide de l’analyse des potentiels évoqués cérébraux sur présentation d’un matériel auditif constitué de syllabes dont trois aspects étaient variés de façon indépendante : la durée, le voisement de la consonne de début et la hauteur tonale. Seules les deux premières variables (durée et voisement) se sont avérés capables de démontrer un effet de l’entraînement musical.
Ici, nous utilisons trois tâches mises au point à partir de ces constatations pour mesurer en pratique clinique l’efficacité d’un entraînement intensif de 3 jours proposé à un groupe d’enfants dyslexiques. Plus précisé- ment, notre travail a été de tenter de valider cet ensemble de tests comme outil d’évaluation de l’effet de la musique sur le déficit de traitement du langage chez l’enfant dyslexique

Document joint

postercnrstristan.pdf - PDF - 1.7 Mo

Effet cognitif d’un entraînement musical multimodal chez des enfants prélecteurs socio-économiquement à risque.

L’objectif de cette étude a été de tester, chez des enfants prélecteurs dits « à risque socio-économique » si un entraînement musical spécifique améliore l’attention et la perception auditives, et si cette amélioration entraîne de meilleures performances sur les précurseurs de la lecture, notamment en conscience phonologique. Par entraînement musical, nous entendons, non pas la pratique d’un instrument, mais un travail d’attention auditive, d’apprentissage de chants, ainsi qu’un travail rythmique et moteur sur les paramètres communs entre langage et musique, qui sont : la hauteur, l’intensité, le timbre et la durée. Alors que de nombreux travaux ont démontré un lien entre l’apprentissage musical et les aptitudes en lecture (cf revue dans [1]), rares sont les études ayant visé ses précurseurs chez des enfants pré-lecteurs [2].
Dans les exercices que nous avons proposés, nous avons essayé de solliciter le plus possible plusieurs modalités sensorielles de manière simultanée. En effet, pour entrer dans la lecture, l’enfant aura besoin d’activer simultanément les modalités visuelle, auditive et kinesthésique. Des arguments convergents [3] apparaissent dans la littérature pour penser que divers troubles neurodéveloppementaux, dont les troubles de la lecture, reposeraient sur un défaut de connectivité entre les systèmes de modalités différente, motrice et sensorielles. Une étude précédente de notre équipe [4] a monté qu’un entraînement similaire chez des enfants dyslexiques de 8 à 10 ans était capable de modifier de façon significative non seulement la conscience phonologique mais également l’attention auditive et certaines variables de lecture. Nous escomptons que cette multimodalité, la répétitivité des exercices et le travail en groupe permettront d’optimiser les progrès attendus.

Document joint

posterme_lanie.pdf - PDF - 2 Mo

Poster Marion SIDOLI : Traitements visuels et dyslexie développementale : Étude comparative de deux populations de dyslexiques suivies ou non en orthoptie

Une grande partie des enfants dyslexiques suivis en rééducation orthophonique sont également pris en charge par des orthoptistes. Les liens entre la dyslexie et les pathologies relevant de la spécialité d’orthoptie (troubles oculomoteurs/neurovisuels) sont mal définis. La majorité des chercheurs s’accordent pour reconnaître à la dyslexie une origine phonologique. La notion de sous type visuel de la dyslexie est particulièrement débattue, mais on s’accorde pour reconnaître une forme visuo-attentionnelle dont le mécanisme serait distinct de la dyslexie phonologique classique1. Quant au "stress visuel", caractérisé par une fatigue oculo-motrice pouvant altérer la lecture2, il n’est pas considéré comme cause de dyslexie.

Document joint

traitements_visuelssidolimh.pdf - PDF - 135.6 ko

Isis Hachem-Huet : Empathie et perception des émotions chez l’adolescent avec trouble des conduites

Cette étude…

confirme l’existence d’un déficit empathique chez les adolescents avec un TC.

met en évidence un trouble de la reconnaissance des expressions faciales de colère et de surprise et non de tristesse et de peur comme retrouvée dans la littérature [2].

établit un lien entre la capacité à reconnaitre les expressions faciales de colère et de tristesse et la réussite aux épreuves d’empathie.

Cependant, nous ne sommes pas en mesure de valider l’hypothèse d’un lien entre déficit empathique et déficit de reconnaissance des émotions (tristesse et peur) liées à la détresse d’une victime.

Limites méthodologiques de l’étude

 Comorbidité importante avec le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

 Consistance interne du matériel utilisé.

Limites théoriques de l’étude

La capacité d’empathie existe-elle en tant que processus cognitif authentique ? universel ?

Est-elle l’un des vecteurs principaux de la socialisation ?

Perspectives

Utilisation d’épreuves incluant l’aspect dynamique de l’émotion (e.g., vidéos d’expressions faciales).

Etudier si les difficultés d’identification émotionnelle se retrouvent dans d’autres modalités (e.g., auditive).

Document joint

poster_snlf_2008.ppt - PowerPoint - 409 ko

Poster Marianne Louis : Effectiveness of intensive training in a case of progressive non-fluent aphasia : evidence of preserved brain plasticity

Non-fluent progressive aphasia is the most common form of degenerative focal neuropsychological syndrome (Mesulam, 1982). Its presentation with long-standing isolated aphasia and evolution toward late occurring dementia are typical clinical features of a neuropathological condition considered as distinct from Alzheimer’s disease but whose boundaries are still ill-defined. Therefore, progressive aphasia may be taken as a model of focal cortical degeneration and, as such, provides the unique opportunity of studying the effect of focused cognitive therapy or training of a specific subsystem of linguistic processes. Among the different aspects of language impairment in non-fluent progressive aphasia, a phonological deficit has been repeatedly pointed out (Béland & Paradis, 1997 ; Croot et al., 1998). Moreover, our knowledge of phonological processes in general has benefited of recent advances from different points of view, e.g. brain functional imaging (Démonet et al., 1992) or neuropsychological rehabilitation (Habib et al., 1999).
We report here a preliminary study using intensive phonological training in one typical case of non-fluent progressive aphasia demonstrating that, at least for the trained functions, significant improvement may occur in spite of progressing degenerative process, thus providing evidence of preserved brain plasticity in neurodegenerative disease.

Document joint

poster_acadapha.ppt - PowerPoint - 748 ko

Poster Virginie Daffaure : Dyslexie de Développement et Trouble Temporel : De la Perception Auditive à la Perception du Temps Conventionnel

L’objectif de cette étude est d’évaluer la perception temporelle des dyslexiques dans ses différentes dimensions .
23 dyslexiques phonologiques [8 ; 8 ans ( 0 ;4)] , 10 contrôles appariés sur l’âge chronologique et 10 contrôles appariés sur l’âge de lecture des dyslexiques ont participé à notre étude.
La perception auditive sur une fenêtre temporelle brève a été évaluée à partir de tâches de jugement d’ordre temporel de consonnes (J.O.T) et de discrimination de durées de consonnes ; tâches pour lesquelles un déficit a été précédemment retrouvé chez les dyslexiques. La perception du temps conventionnel a par ailleurs été étudiée à partir de deux questionnaires : l’un issu de l’examen clinique de l’enfant et l’autre, spécialement conçu pour notre étude, issu de l’interrogatoire des parents. De plus, les habiletés langagières, cognitives et la reproduction de rythmes (Stambak, 1951) ont été appréciées pour chaque enfant.
Les résultats ont montré 1) un déficit de perception temporelle à partir des tâches de J.O.T et de discrimination de durées des difficultés de perception et de manipulation du Temps conventionnel à partir du questionnaire des parents ; 3) un lien statistique entre ces deux dimensions Temporelles.
Enfin, au vu des nombreuses corrélations entre les diverses variables temporelles, phonologiques et cognitives, nous avons procédé à une l’analyse en composantes principales qui a permis d’identifier 3 facteurs correspondant à 3 dimensions du trouble temporel : a) une dimension séquentielle et phonologique ; b) une dimension attentionnelle et mnésique ; c) une dimension sensori-motrice et cognitive.
Prises ensemble, ces données ont 1) apporté des arguments en faveur d’un trouble temporel général dans la dyslexie de développement et 2) permis de proposer des hypothèses concernant les mécanismes neurobiologiques sous-jacents aux différentes dimensions de ce trouble.

Document joint

snlf_d=c_2000_poster_dea.ppt - PowerPoint - 104.5 ko

Entraînement combiné phonologique et auditivo-visuel chez les enfants dyslexiques : amélioration clinique et modifications électrophysiologiques

Document joint

Santos - PDF - 638.1 ko

Poster Schizophrénie

Document joint

Cermolacce - PDF - 688.8 ko

Poster psychopathie C. Boulanger et coll

Document joint

Poster Boulanger et Coll - PDF - 272.5 ko

Poster Tennet 2007, Montréal : Complementing phonological therapy for dyslexia : visual vs cross-modal treatment Barbara Joly Pottuz

Document joint

Poster BJP - PDF - 819.7 ko

Poster TENNET07 Michel Habib

Document joint

Poster MH - PDF - 369.4 ko